Longue poursuite - Séquence 3

Titre : Longue poursuite : 4 CPT pourchassent 2 loups

Source : Projet CanOvis - IPRA 2013-2014

Description : Suite au passage de deux loups au parc de nuit (sans attaque), ces extraits vidéo présentent la poursuite, particulièrement « sportive », qu’engagent quatre des CPT présents sur l’estive. Massif du Mercantour - Juillet 2013.

Ces images et vidéos sont propriété de l'IPRA, toute utilisation et reproduction est interdite sauf autorisation expresse et contractuelle. Nous contacter


Le contexte

Un troupeau de 1700 ovins est regroupé pour la nuit dans un parc en filets, à proximité de la cabane du berger. Cinq CPT complètent le dispositif de protection. Le parc de nuit est établi à 1600m d’altitude, sur une ancienne terrasse cultivable, l’environnement proche est fait de pelouse, éboulis et ilots boisés.

Le site vu depuis le point d'observation

L'action

Vers minuit, deux loups ont effectué une première approche « intéressée » qui les amène jusque devant les filets sans éveiller les soupçons des CPT, malgré l’agitation du troupeau. Les loups n’attaquent pas et disparaissent jusqu’à 01h35 où on les retrouve à quelques mètre du parc de nuit, en interaction « pacifique » avec un des CPT.

Extrait n°1 : Les CPT lancent la poursuite

Après quelques minutes de ce face à face assez insolite, les quatre autres CPT détectent la présence des deux loups et engagent la poursuite.

Extrait n°2 : La poursuite

S’entame alors une longue traversée sur le versant, au NO du parc de nuit, jusqu’à sortir du champ de la caméra.

Tracé de la partie observée de la poursuite (départ du parc de nuit)

Commentaires

A l'époque du tournage, le site, entre deux ZPP, est nouvellement soumis à une forte pression de prédation. Il pourrait s’agir de ce couple de loups.

Extrait n°3 : Egarement des CPT

La poursuite présentée ici est assez marquante de par sa durée (+ de 7 mn), la distance parcourue (+ de 1.3km), la motivation et l’ardeur des CPT. A deux reprises ils se font « égarer » et distancer mais ils parviennent à reprendre la piste des deux loups.

En toute fin de séquence observée, alors que chaque CPT poursuit « son » loup, un des chiens n’est pas loin de « contacter » physiquement un des pourchassés ! Les deux CPT qui restent en course à ce moment là ne reviendront que bien plus tard dans la nuit. Cette paire de loups fera d’autres passages les nuits suivantes. Mis en perspective avec d’autres observations, cette scène de poursuite apporte des éléments de compréhension face aux nombreuses questions, que pose l’amélioration des CPT, parmi lesquelles :

Quel est l’effet dissuasif des CPT ?
Les loups se permettent des pauses et sont capables de regarder passer les CPT au cœur même de l’action – ils reviennent les nuits suivantes, voire la nuit même.

Quelle est la motivation des CPT ? Qu’est-ce qui détermine l’intensité d’une interaction et fait la différence entre la simple interposition à la poursuite « musclée » ?
Comme ici, alors qu’il n’y a pas eu de perturbation initiale du troupeau.

Quelles capacités sont déterminantes pour interagir avec un loup, le pourchasser... ? Le gabarit, la forme physique, les facultés sensitives ?
Ici, les CPT combinent, comme un chien de chasse, la poursuite à vue ou le pistage à l’odorat, voire à la connaissance du terrain et l’anticipation des meilleurs passages.

Les informations récoltées dans les scènes de poursuite renvoient à la réflexion autour de la théorie du Ressource Hodling Potential (RHP) abordée dans nos travaux ici : Rapport d'activités 2014 - Galeries d'images.


Réalisées dans le cadre du suivi nocturne du projet CanOvis, ces images présentent un caractère exceptionnel. Elles fournissent des données qui confirment certaines connaissances déjà établies mais révèlent également des informations inédites sur les interrelations entre loups, troupeaux et système de protection, qu’il convient d’aborder avec prudence et rigueur scientifique, particulièrement à ce stade de l’étude.

  • Massif du Mercantour - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Directeur du Parc National du Mercantour n° 2014-240, 2014-234, 2015-228
  • Plateau de Canjuers - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Commandant du Camp militaire de Canjuers n°1-2015/1°RCA/PC/ENV

Qui sommes nous ?

L’IPRA (Institut pour la Promotion et la Recherche sur les Animaux de protection) a été créé en 1997 par Jean-Marc Landry, biologiste et éthologue, à la suite du retour du loup en Suisse et l’introduction des premiers chiens et ânes de protection.

Son objectif ? Trouver des solutions adaptées pour permettre une cohabitation durable entre le pastoralisme et les carnivores.

Continuer

Nous contacter

Jean-Marc LANDRY
06 79 32 84 45

Jean-Luc BORELLI
06 84 75 05 13

SUISSE
Rue de Bonnefille 1
bât. des Gentianes 5
1972 Anzère (Ayent), Valais

FRANCE
1930 route du pontet
74300 La Frasse, Haute-Savoie

Envoyer un email

Copyright © - IPRA LANDRY - Tous droits réservés
Web conception 2018 - Gus LYON