Source : Alexis Nouailhat - www.alexis-nouailhat.com

Via les Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) et leurs chargés de mission « prévention contre la prédation » l’État favorise la mise en place et le financement de techniques de protection des troupeaux.

“Techniquement, la protection des troupeaux a pour objectif d‘éviter les attaques et de réduire les pertes en bétail associées. Un moyen de protection sera jugé efficace lorsqu’il diminue le nombre d’attaques et/ou le nombre de bêtes tuées au sein des troupeaux sous sa protection par rapport à d’autres troupeaux non protégés.” Évaluation 2009-20014 - TerrOiko

Des premières expérimentations réalisées dans le Mercantour à l’arrivée du loup jusqu’à la « mesure 323C1 » actuellement en vigueur à l’échelle nationale, les outils, techniques et modes de financement n’ont cessé d’évoluer en fonction des retours d’expérience et des nouveaux contextes d’élevages concernés par la prédation. Le MAAF organise et finance l’aide à la protection des troupeaux. La mesure 323C1 (OPEDER) fixe les modalités de mise en œuvre de cette protection. Elle s’inscrit dans le dispositif intégré en faveur du pastoralisme du Programme de Développement Rural Hexagonal 2014-2020 (PDRH).

« L’éleveur s’engage à mettre en place des moyens de protection (gardiennage renforcé, parcs de pâturage et de regroupement nocturne, chiens de protection, analyse de vulnérabilité) selon le mode de conduite dominant de son troupeau. Trois modes de conduites sont déclinés : conduite en parc (prépondérant ou exclusif), conduite en gardiennage (prépondérant ou exclusif), conduite mixte (gardiennage et/ou parc selon les périodes de l’année). » Service de l’Agriculture et des Espaces ruraux

Cette mesure (complexe) finance différentes options visant à favoriser le gardiennage renforcé des troupeaux, la mise en place de chiens de protection, le regroupement des troupeaux et l'usage de clôtures (parcs de nuit, parcs de pâturage sécurisés). L’aide au gardiennage, l’achat et l’entretien des chiens de protection, les filets et clôtures sont financés à hauteur de 80 % de l’investissement, 100% pour les analyses de vulnérabilité.

Il s'agit d'une mesure contractuelle annuelle en « cercle 1 » (communes avec présence avérée du loup) et dont les engagements sont révisables annuellement. En « cercle 2 » (communes limitrophes ou à risque d’expansion du loup), l'engagement est limité à une durée d’un an, et exclut le gardiennage renforcé. La zone de contractualisation, définie par commune, est arrêtée annuellement par le Préfet. Le contractant s'engage à mettre en œuvre des mesures de protection pour son troupeau selon les modalités correspondant à la taille du troupeau et au parcours pastoral, pendant la durée de son contrat.

Les éleveurs, initialement très réticents à l’adoption de mesures de protection, se sont pourtant engagés dans ces démarches à un rythme croissant chaque année. Durant le PNAL 2008-2012 le nombre de contrats passés par les éleveurs a été multiplié par 1.5 (1212 dossiers en 2012) et les crédits alloués par 1.7 (8.8M€ en 2012). En 2015 2 110 dossiers ont été constitués sur 19 départements pour 18,6 M€ engagés (Source DREAL ARA)

Le tir, qu’il soit d’effarouchement ou létal fait désormais partie de la panoplie d’outils dont dispose l’éleveur ou le berger pour protéger au quotidien son troupeau.


Document à télécharger :


Sources :

Les services de l’État dans les Hautes-Alpes : http://www.hautes-alpes.gouv.fr/mesure-de-protection-des-troupeaux-2017-a5407.html

DREAL Auvergne-Rhône-Alpes : http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/mission-loup-r1323.html?rubrique31

TerrOiko, Évaluation de l’efficacité des moyens de protection des troupeaux domestiques contre la prédation exercée par le loup. Période 2009-2014

De Roincé C. et Granjean A., 2017. Évaluation de l’efficacité des protections des troupeaux contre le loup (2009-2014). In Analyse, centre d’étude et de prospection, Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. : http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/analyse991703.pdf

Qui sommes nous ?

L’IPRA (Institut pour la Promotion et la Recherche sur les Animaux de protection) a été créé en 1997 par Jean-Marc Landry, biologiste et éthologue, à la suite du retour du loup en Suisse et l’introduction des premiers chiens et ânes de protection.

Son objectif ? Trouver des solutions adaptées pour permettre une cohabitation durable entre le pastoralisme et les carnivores.

Continuer

Nous contacter

Jean-Marc LANDRY
06 79 32 84 45

Jean-Luc BORELLI
06 84 75 05 13

SUISSE
Rue de Bonnefille 1
bât. des Gentianes 5
1972 Anzère (Ayent), Valais

FRANCE
1930 route du pontet
74300 La Frasse, Haute-Savoie

Envoyer un email

Copyright © - IPRA LANDRY - Tous droits réservés
Web conception 2018 - Gus LYON