Indemnisation des dommages aux troupeaux

Cet agneau marqué à la peinture rouge à fait l’objet d’un constat d’attaque

L’État français indemnise systématiquement les dégâts des grands prédateurs (ours, loup et lynx). Dès 1994, un système de compensation financière des dommages « loup » est mis en place.

Suspicion d’attaque

Chaque « suspicion d’attaque » signalée par un éleveur ou berger fait l’objet d’un constat établi par un agent formé à cet effet. Les caractéristiques de l’attaque et l’état de la victime sont relevés. Une grille d’analyse permet ensuite de renseigner la cause de mortalité et la responsabilité du loup.

Indemnisation

Au vu de cette conclusion technique, sont indemnisées toutes les victimes de prédations pour lesquelles la responsabilité du loup n’est pas exclue. Comme pour les dégâts d’ours ou de lynx, les indemnisations "loup" couvrent les pertes directes selon un barème établi (victimes tuées ou blessées) : elles prennent en charge la valeur de remplacement des animaux. Sont également compensés les pertes indirectes : animaux disparus et pertes de production liées au stress du troupeau.

Qui finance ?

Cette mesure d’indemnisation est financée par le Ministre de l’Écologie du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE). Les montants consacrés sont passés de 0.8 M€ en 2008 à 1.55M€ en 2011 puis 2.8M€ en 2015 et 3.47 M€ en 2017.

Garder le contact et évaluer les zones à risque

La procédure de constat d’attaque permet également d’avoir (et garder) un contact avec les éleveurs et bergers, d’identifier les secteurs sensibles et les nouveaux secteurs de prédation afin d’ajuster et anticiper les actions de prévention et protection des troupeaux.


Source :

DREAL Auvergne-Rhône-Alpes : http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/mission-loup-r1323.html?rubrique31

Qui sommes nous ?

L’IPRA (Institut pour la Promotion et la Recherche sur les Animaux de protection) a été créé en 1997 par Jean-Marc Landry, biologiste et éthologue, à la suite du retour du loup en Suisse et l’introduction des premiers chiens et ânes de protection.

Son objectif ? Trouver des solutions adaptées pour permettre une cohabitation durable entre le pastoralisme et les carnivores.

Continuer

Nous contacter

Jean-Marc LANDRY
06 79 32 84 45

Jean-Luc BORELLI
06 84 75 05 13

SUISSE
Rue de Bonnefille 1
bât. des Gentianes 5
1972 Anzère (Ayent), Valais

FRANCE
1930 route du pontet
74300 La Frasse, Haute-Savoie

Envoyer un email

Copyright © - IPRA LANDRY - Tous droits réservés
Web conception 2018 - Gus LYON