Les dommages directs aux troupeaux

Le loup en France - Présence & Indemnités (source : ONCFS)

Les indicateurs annuels pour suivre la déprédation (1) sont le nombre d’attaque, le nombre de victimes constatées lors de ces attaques (sur demande du responsable du troupeau, chaque prédation est constatée par un agent habilité puis expertisée en DDTM pour exclure ou pas la responsabilité du loup) et le nombre de zones concernées. Si le nombre de victimes par attaque reste stable, compris entre 3 et 4 animaux depuis 2008, le nombre d’attaques et d’unités pastorales concernées augmentent sensiblement.

Plus que l’effectif total de loups, il semble que ce soit l’extension de l’aire de répartition qui soit responsable de la croissance nationale des dommages. La probabilité de rencontre entre le prédateur et de nouveaux troupeaux augmente. Mais bien que continue, cette augmentation des dommages n’est pas régulière, dans le temps et dans l’espace.

« Toutes les unités pastorales (UP) exposées au risque de prédation (car situées au sein de l’aire de présence détectée du loup) ne sont pas attaquées d’une part, et parmi celles attaquées d’autre part, certaines le sont bien plus souvent que d’autres, certaines années ou bien de façon continue »

Plan Loup 2013-2017

Ainsi la fréquence des attaques est très variable. En moyenne, 85% des UP touchées ne subissent « qu’une » attaque par an, mais certaines en concentrent un nombre bien plus important (plus de 10 attaques parfois), on parle alors de « foyers d’attaques ». Ponctuellement, la gravité des attaques peut être accentuée par un effet de « surplus killing » (le prédateur tue plus d’animaux que nécessaire) ou lors d’un dérochement lié à l’affolement du troupeau (jusqu’à 300 ovins précipités d’une barre rocheuse en Mercantour).

À ces pertes constatées et facilement chiffrables, s’ajoutent la part des animaux disparus (probable à chaque attaque), le stress occasionné au restant du troupeau, la baisse de la prise de poids, la baisse de la lactation, de la fertilité ou prolificité qui peut en découler.

1 : La « déprédation » se rapportent à des vols ou des pillages s'accompagnant de dégâts causés au bien d'autrui, tels que les dégâts que les prédateurs peuvent faire sur les troupeaux lors de la prédation.


À consulter :

Le suivi officiel et actualisé des dommages: Bilan des dommages DREAL A-R-A

Plan Loup 2013-2017

Plan Loup 2018-2023


Sources :

Site officiel de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

http://www.oncfs.gouv.fr/

Mission Loup - DREAL ARA

DREAL ARA - Mission loup

Qui sommes nous ?

L’IPRA (Institut pour la Promotion et la Recherche sur les Animaux de protection) a été créé en 1997 par Jean-Marc Landry, biologiste et éthologue, à la suite du retour du loup en Suisse et l’introduction des premiers chiens et ânes de protection.

Son objectif ? Trouver des solutions adaptées pour permettre une cohabitation durable entre le pastoralisme et les carnivores.

Continuer

Nous contacter

Jean-Marc LANDRY
06 79 32 84 45

Jean-Luc BORELLI
06 84 75 05 13

SUISSE
Rue de Bonnefille 1
bât. des Gentianes 5
1972 Anzère (Ayent), Valais

FRANCE
1930 route du pontet
74300 La Frasse, Haute-Savoie

Envoyer un email

Copyright © - IPRA LANDRY - Tous droits réservés
Web conception 2018 - Gus LYON